L’enlèvement, le viol et la séquestration de sabine DARDENNE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L’enlèvement, le viol et la séquestration de sabine DARDENNE

Message  Admin le Mer 26 Mar - 12:42

C’est le 28 mai 1996 dans la matinée, alors qu’elle devait se rendre à l’école sur son vélo, que la disparition de la petite Sabine DARDENNE est constatée dans la région de Tournai. Le 15 août 1996, Marc DUTROUX avoue aux enquêteurs, qui sont à la recherche de Laetitia DELHEZ, qu’il détient aussi dans sa cave cette autre petite disparue ; dans les minutes suivantes, Sabine sera délivrée en même temps que Laetitia et racontera aux enquêteurs les circonstances de son enlèvement et les quelques douze semaines de séquestration qu’elle a passées dans la maison de Marc DUTROUX, principalement dans la cache située dans la cave de cette maison. Elle va étayer son témoignage au moyen d’un carnet dans lequel elle a consigné scrupuleusement tous les
événements qu’elle a vécus durant cette longue période : ses conditions de vie, les viols qu’elle aurait subis de la part de son geôlier, le conditionnement et les privations dont elle aurait été la victime. Elle ne met en cause que deux personnes : Marc DUTROUX et Michel LELIEVRE ; elle n’a vu personne d’autre.
Les deux accusés sont en aveux complets sur cet enlèvement et sur cette séquestration ; leurs aveux sont pratiquement identiques et ont fait l’objet d’une reconstitution sur place le 18 novembre 1997. Ils auraient préalablement reconnu les lieux pendant la semaine précédant les faits, sans qu’ils s’accordent cependant sur la date de cette reconnaissance. Etant partis de Marcinelle un soir, ils auraient passé la nuit dans le mobil home Trafic sur un parking de Kain et dans la matinée ils auraient aperçu une jeune fille roulant en vélo ; ils l’auraient suivie jusqu’à son école et seraient repartis alors vers Marcinelle.
Ils seraient revenus sur place quelques jours plus tard, le 28 mai, en partant très tôt le matin de Marcinelle où ils auraient tous deux passé la nuit. La veille, Marc DUTROUX aurait prévenu Michelle MARTIN qu’ils avaient l’intention de partir pour Tournai dans le but d’enlever une jeune fille. Dans le véhicule se trouvait un coffre métallique.
Selon leurs déclarations, ils arrivent à Kain vers 7H00, se garent sur le parking de la rue MONTGOMERY, Michel LELIEVRE s’installant au volant et Marc DUTROUX à l’arrière du véhicule. Dès que Sabine apparaît sur son vélo, ils la suivent, et dans la rue du stade communal, Michel LELIEVRE coince la jeune fille contre un mur tandis que Marc DUTROUX s’en saisit par la porte latérale et la couche sur le lit à l’arrière du mobil home. Michel LELIEVRE s’empare du vélo de la jeune fille et le rentre également dans l’habitacle, pour ensuite démarrer et rentrer sur Marcinelle. Pendant le trajet, Marc DUTROUX tentera d’endormir Sabine en lui administrant du Rohypnol et de l’Haldol. A l’approche de Marcinelle, Sabine est placée dans le coffre métallique. C’est dans ce coffre qu’elle est débarquée et emmenée par les deux hommes dans la maison de l’avenue de Philippeville à Marcinelle ; c’est en cet endroit qu’elle sera séquestrée jusqu’à sa libération du 15 août.
Sabine va décrire comment, dès le lendemain de son arrivée à Marcinelle Marc DUTROUX se serait employé, avec l’aide de Michel LELIEVRE, à lui faire comprendre que ni ses parents, ni la police ne cherchaient à la délivrer en payant la rançon, mais que, par contre, lui, il était là pour la protéger contre le chef qui voulait la liquider. Elle écrira plusieurs lettres à ses parents et sa famille dans lesquelles elle leur raconte son sentiment d’abandon et de culpabilité, mais elle n’aura évidemment pas de réponse car Marc DUTROUX ne les a pas envoyées ; elles ont en effet été retrouvées dans la cache lors de la perquisition du 15 août 1996.
Marc DUTROUX s’absentera pour ses voyages dans les pays de l’Est, la laissant seule dans son cachot ; elle décrira dans son journal de bord, méthodiquement, quelle fut sa solitude en ces moments là, mais aussi les agressions sexuelles qu’elle a dû subir lorsqu’il était de retour.
Michelle MARTIN n’aurait pas eu de contact avec Sabine, mais elle avoue qu’elle savait, dès le premier jour, que son mari séquestrait Sabine, dont elle aurait d’ailleurs lavé un pull et pour laquelle elle aurait remis à son mari un tube de pommade antiinfection.
Il convient en outre de rappeler que Michelle MARTIN reconnaît avoir participé à la confection de la cache dans laquelle les victimes, dont Sabine, ont été enfermées, et que lors de son arrestation, le 13 août 1996, elle a déclaré ne rien savoir des activités de son mari, alors qu’elle savait que Sabine et Laetitia étaient enfermées dans la cave de Marcinelle. Elles ne seront
délivrées que deux jours plus tard.
Sabine DARDENNE a été examinée par le docteur B. EUGENE-DAHIN, qui estime qu’elle est en état d’incapacité permanente à la suite des faits dont elle a été victime.

Admin
Admin

Messages : 883
Date d'inscription : 22/03/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://dutroux.forumdediscussions.net

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum