Mitterrand au coeur d'une violente campagne lancée par l'extrême droite

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Mitterrand au coeur d'une violente campagne lancée par l'extrême droite

Message  Admin le Mer 7 Oct - 23:53

AFP, Mise a jour: 07/10/2009 20:52
Mitterrand au coeur d'une violente campagne lancée par l'extrême droite

Quatre ans après la parution d'un livre relatant ses expériences de tourisme sexuel, la polémique a rattrapé le ministre de la Culture Frédéric Mitterrand, cible d'une campagne de l'extrême droite, qui suscite un certain embarras.

Le ministre de la Culture Frédéric Mitterrand à la sortie du Conseil des ministres, à l'Elysée le 7 octobre 2009

AFP

Quatre ans après la parution d'un livre relatant ses expériences de tourisme sexuel, la polémique a rattrapé le ministre de la Culture Frédéric Mitterrand, cible d'une campagne de l'extrême droite, qui suscite un certain embarras.

Quatre ans après la parution d'un livre relatant ses expériences de tourisme sexuel, la polémique a rattrapé le ministre de la Culture Frédéric Mitterrand, cible d'une campagne de l'extrême droite, qui suscite un certain embarras.

Le neveu de l'ancien président a répondu par le mépris à l'offensive lancée par le FN et relayée par le porte-parole du PS, Benoît Hamon, autour d'un récit ("La mauvaise vie") dans lequel l'artiste confessait son penchant pour les amours tarifées avec de "jeunes garçons" durant ses voyages.

"Se faire traîner dans la boue par le Front national est un honneur", a-t-il lâché mercredi, laconique, à la sortie du Conseil des ministres, ravivant la fureur de sa vice-présidente Marine Le Pen.

"Il n'a pas besoin de nous pour se traîner dans la boue tout seul. C'est maintenant Nicolas Sarkozy qui traîne la France dans la boue, en refusant d'exiger sa démission", a-t-elle déclaré à l'AFP, appelant la justice à ouvrir une enquête.

Profitant d'un débat télévisé sur les délinquants sexuels, lundi soir, Mme Le Pen avait jeté le pavé dans la mare, en citant des extraits de l'ouvrage dans un silence gêné. La séquence a déjà été visionnée plus de 9.000 fois sur internet, où beaucoup regrettent que l'attaque vienne du FN.

"Cela me fait mal d'être d'accord avec une Le Pen", glisse l'un des internautes.

L'opération du FN a été mûrement préparée depuis le soutien affiché par le ministre au cinéaste Roman Polanski, dont il a jugé "absolument épouvantable" l'arrestation fin septembre pour une affaire d'abus sexuels sur mineure remontant à plus de trente ans.

"Quand on a vu cette position scandaleuse, on a cherché ce qu'il avait écrit dans le passé. C'est comme ça qu'on est tombé sur son livre", reconnaît un membre du bureau politique du FN, dont la pétition contre Mitterrand aurait recueilli quelque 3.000 signatures.

L'indignation a même gagné les rangs du PS, le député Patrick Bloche qualifiant ces écrits d'"insupportables", tandis que Benoît Hamon s'est dit "choqué" par le comportement d'un "ministre consommateur".

Dans la soirée, le porte-parole du PS a estimé qu'il revenait au président Nicolas Sarkozy et au Premier ministre François Fillon d'apprécier si le ministre devait démissionner.

La première secrétaire Martine Aubry assure ne pas "imaginer" que M. Mitterrand se soit livré à une "apologie du tourisme sexuel", tout en précisant n'avoir "pas lu le livre".

"C'est bien dommage de pouvoir imaginer que des élus de gauche aillent rejoindre le Front national", a réagi M. Mitterrand, à l'issue d'une audition en commission à l'Assemblée nationale.

Un argument repris par le patron de l'UMP Xavier Bertrand, qui s'étonne de voir le PS se placer "sur le terrain" du FN. "Se servir de la vie privée des gens pour en faire des attaques politiques ou politiciennes, cela me rappelle les pires heures de l'histoire", a-t-il lancé.

"On fait surtout la guerre au nom Mitterrand et ce qu'il incarne dans l'ouverture à gauche. C'est bête et stupide", estime aussi un collaborateur de François Fillon.

L'affaire alimente toutefois un certain malaise à droite, où certains s'inquiètent d'une résurgence du FN, à l'image de Christine Boutin, présidente d'un petit parti associé à l'UMP.

"La nomination de Mitterrand a ébranlé la droite classique, mais ses postures et ses positions vont faire des ravages terribles dans l'électorat", a averti l'ancienne ministre.

Pour l'ex-porte-parole de l'UMP, Chantal Brunel, "tout le monde connaissait ce livre quand il a été nommé au gouvernement, les responsables politiques qui l'ont nommé le savaient".

La députée résume un sentiment général dans les rangs de la majorité, en parlant d'un livre "terriblement glauque" mais constituant "un non-événement".

Admin
Admin

Messages : 883
Date d'inscription : 22/03/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://dutroux.forumdediscussions.net

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum