LA PJ : UNE MEGAGENDARMERIE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

LA PJ : UNE MEGAGENDARMERIE

Message  Admin le Ven 31 Oct - 16:16

LA PJ : UNE MEGAGENDARMERIE

DU BRULLE,CHRISTIAN

Mardi 16 septembre 1997

La P.J. : «Une mégagendarmerie !»

La police fédérale ? Le dernier plan gouvernemental fait bondir Bernard Ista, du Front commun de la police judiciaire. Quand il analyse les perspectives qui s'offrent aujourd'hui en matière de police, il explose : Je plains ceux qui se trouveront à l'extérieur du système, lance-t-il d'emblée. La population, par exemple, va en prendre un coup. Elle est la première concernée par cette future police qui sera à son service, mais elle n'a même pas été consultée. Pas plus que le Parlement. On voudrait le mettre hors jeu qu'on ne s'y prendrait pas autrement.

Pour le syndicaliste de la P.J., le scénario est plutôt noir. Pour lui, au niveau local, rien ne va changer. Les sections locales de la police fédérale entreront à coup sûr en conflit avec les polices communales. Il n'y aura plus de grande guerre des polices, mais une sorte de guérilla permanente entre gens de terrain...

- Fondre en une police criminelle les BSR et la P.J. ? Il est pour. Mais comment et quel prix est-on prêt à payer ? s'interroge-t-il. Rien qu'en ce qui concerne les échelles barémiques, on parle de centaines de millions. Un jeune gendarme qui entre en service gagne actuellement 415.000 F par an. Un jeune péjiste démarre à 700.000. Comment faire à l'avenir pour motiver tous les membres de la police criminelle ? Payer tout le monde au prix fort ? Dans ce cas, il faudra exiger les mêmes diplômes. Réduire les salaires au niveau de base ? Bonjour la démotivation ! A ce prix-là, je préfère aller à la pêche.

A ses yeux, le véritable enjeu, pour la police judiciaire, ce n'est pas tellement de faire partie ou non de la future police fédérale, mais bien l'autonomie dont jouira sa «section criminelle».

Autre sujet d'inquiétude pour le syndicaliste de la P.J. : le statut qui sera réservé à l'information criminelle. Nous réclamions un service qui soit indépendant des services de police, dirigé par un magistrat et qui ne disposerait d'aucun pouvoir opérationnel. Que remarque-t-on ? Qu'on envisage de créer un service opérationnel au profit de la police fédérale et qui distillera les informations comme il l'entend, y compris à la magistrature... Enfin, la troisième critique qu'il formule va à la structure même de cette future police.

Le ministre de l'Intérieur parle d'une hiérarchie forte... comme celle qui existe actuellement à la gendarmerie. Il est clair que les mentalités ne vont pas suivre. Cela restera une sorte de mégagendarmerie, avec un autre nom et d'autres uniformes, mais c'est tout. Et c'est inquiétant. D'autant qu'en ce qui concerne le «contrôle» de cette police, rien n'est encore précisé. Le conseil qui chapeautera le chef de cette police ne sera pas permanent. Mais, alors, quel sera son véritable pouvoir de contrôle ? s'inquiète encore le policier.

CHRISTIAN DU BRULLE

Admin
Admin

Messages : 883
Date d'inscription : 22/03/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://dutroux.forumdediscussions.net

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum