Jean-Pol Taminiau et le dossier bis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Jean-Pol Taminiau et le dossier bis

Message  Mouchette le Dim 13 Avr - 21:07

Dans le sujet relatif aux "témoins morts", j'ai mentionné Jean-Pol Taminiau.
Il en est, à nouveau, question ici :



JOURNAL DU 6
supplément à Décadi, revue de texTIMus
N°46 - dimanche 6 août 2006

Dossier-bis

L’AVOCAT GENERAL LEYS OUVRE UNE PORTE...

Jean-Claude Leys, magistrat connu pour son audace dans un pays où l’intelligence n’en a
pas, vient de donner un tour singulier à la conjoncture politique du royaume. A trois mois
d’élections communales et provinciales placées sous le signe de la corruption des structures
municipales de la Wallonie et des baronnies du Parti Socialiste, il vient inopinément de
relancer l’affaire Taminiau. On connaissait déjà treize points de coïncidence de dates, de lieu
et de personnages entre l’affaire Dutroux et l’assassinat de Jean-Pol Taminiau, tué dans la
nuit du 1er au 2 avril 1995. Les instructions des deux affaires se sont toujours gardées
d’explorer ces pistes trop évidentes, trop dangereuses pour la gendarmerie, la police
judiciaire, la municipalité de Charleroi conduite par Jean-Claude Van Cauwenberghe et la
Justice locale. Leys vient officiellement d’en ajouter un quatorzième : il faut tirer au clair les
rapports du gendarme Michaux, homme-clé et maillon faible du dossier Dutroux, avec
Jean-Pol Taminiau.
Petit rappel et information qui n’ont rien d’anodin, trouvés sur le site 7sur7, ce 2 août
2006 :
« Un dossier "86 bis" toujours en cours.
Si les quatre accusés du dossier Dutroux ont été jugés et que leurs responsabilités
civiles et pénales ont été établies, le dossier Dutroux n'est cependant pas définitivement
clos. Un "dossier bis", intitulé plus précisément "86 bis", est toujours actuellement ouvert
au parquet de Neufchâteau.
Minceur :
Ouvert le 22 octobre 2001 dans la foulée du dossier Dutroux pour d'éventuels faits ou
dossiers inconnus qui n'auraient pas été jugés par la cour d'assises d'Arlon, ce "dossier
bis" n'a pas fait l'objet de beaucoup de devoirs d'instruction et est encore bien mince.
Bourlet :
Le procureur du roi de Neufchâteau, Michel Bourlet, plaidait pour que des
investigations soient menées, notamment au niveau de l'analyse des cheveux -une partie
seulement a été analysée- et des microtraces récoltés chez Marc Dutroux, tandis que le
juge d'instruction chestrolais, Jacques Langlois, estimait que le dossier devait être
définitivement refermé.
Poursuite des analyses
Le 23 novembre 2004, la chambre des mises en accusation de Liège avait ordonné la
fin de l'instruction du dossier 86 bis et invité le juge Langlois à le transmettre au parquet
pour que celui-ci dresse ses réquisitions. M. Bourlet pouvait soit réclamer le non-lieu, soit
demander des devoirs complémentaires au juge d'instruction. Finalement, il a choisi une
autre voie en envoyant, en juin 2005, un rapport au parquet général de Liège, dans lequel
il recommandait la poursuite des analyses.
Pas de nouvelles :
Le procureur général Visart de Bocarmé, le procureur du roi Michel Bourlet et l'avocat
général Andries ont établi une liste restreinte de devoirs à effectuer et ont adressé leurs
réquisitions au juge Langlois à la fin septembre 2005. Depuis lors, le parquet est sans
aucune nouvelle de la décision du juge d'instruction. Celui-ci peut accepter les
réquisitions et faire effectuer les devoirs avant de communiquer de nouveau le dossier au
procureur du roi. Il peut aussi refuser et un nouveau recours devra être introduit par le
ministère public devant la chambre des mises en accusation, qui s'était déjà prononcée
pour la clôture du dossier.
"A l'étude" :
Début août, le ministère public n'avait reçu aucune notification de refus. Interrogé par
l'agence Belga, Jacques Langlois a expliqué que le dossier était "à l'étude". "Je n'ai pas
encore décidé si j'allais effectuer les devoirs. Je vais y réfléchir", a conclu le juge
d'instruction.
Vers une clotûre en 2007?
A Neufchâteau, certaines rumeurs mentionnent que le dossier restera fermé jusqu'à la
mise à la retraite de Michel Bourlet, dans le courant de l'année 2007, avant de se clore
tout seul définitivement. (belga) »
Au coeur des coïncidences, un personnage que le procès d’Arlon s’est employé à
blanchir , Gérard Pinon et un lieu qu’il fallait passer au Kärscher, sa cour et ses boxes qui
abritaient le camion volé par Dutroux -couvert par l’inspecteur Zicot- et la Porsche LRS
911, objet de l’escroquerie montée par Demanet, le fils du Procureur général honoraire de
Mons. Dutroux fut arrêté le jour où l’on a découvert le pied de Taminiau dans le canal de
Charleroi à Pont-à-Celles et l’inspecteur Simon Poncelet fut assassiné dans les locaux de la
police montoise le jour où la société VDE a repêché une BMW noire bien connue de
Taminiau, appartenant à Guy Wolf, le mari de la juge Doutrewe en charge de l’instruction
de la disparition de Julie Lejeune et Mélissa Russo.
Patrick Moriau, particulièrement informé comme élu socialiste et membre de la
commission parlementaire d’enquête sur l’enquête Dutroux-Nihoul et consorts, est l’auteur
d’un livre « Les Cahiers d’un commissaire » édité en 1997, où l’on trouve, page 301, que
selon le rapport de Mme Liekendael, procureur général près la Cour de Cassation, la
Porsche au coeur d’un trafic impliquant le fils du procureur général de Mons, M. Demanet,
a été achetée pour la première fois par M&S International.(...) Guy Wolf, avocat, mari de
Martine Doutrewe, est impliqué dans la gigantesque affaire de fraude immobilière
COMUELE, elle-même liée à M&S International. Certains peuvent donc penser,
interpréter, émettre l’hypothèse de liens directs ou indirects entre Martine Doutrewe, M&S
international et le trafic de voitures. Page 309, Moriau écrit: « Les perquisitions de
décembre seront bâclées, certains témoins déclarent même que la désignation de Michaux
n’avait pas d’autre but que de faire échouer les enquêtes. » Il faudra attendre 2006 pour
que l’avocat général Leys convainque la Chambre des mises en accusation de Mons
d’ordonner au juge d’instruction de Charleroi de la Serna, chargé de l’affaire Taminiau,
d’entendre Michaux et son collègue Quinet. C’est Jeannine Deulin, la maman de Jean-Pol
Taminiau, qui a découvert au greffe un document capital ignoré de l’instruction : une feuille
de bloc-notes commercial CITAX-TAXI, pliée et cachée entre deux cartes de visite, où
figurent les inscriptions suivantes :
« DOC-MDL chef MICHAUX
BSR 23 62 23 ou 224
ARME -MDL chef QUINET
23 62 37 BSR »
L'avocat de Jeannine Deulin est maître Daniel Kahn qui est aussi l'avocat de Marc
Dutroux dont il attend toujours qu'il dise la vérité sur l'enlèvement de Julie et Mélissa, leurs
lieux de séquestration et les circonstances de leur assassinat selon un modus operandi qui
n'a rien à voir avec les méthodes de Dutroux.
Le substitut du procureur qui fut la première en charge de l’enquête Taminiau, Martine
Michel, explora la piste qui a toujours les faveurs de la Justice comme celle de la presse, la
piste dite « sentimentale ». Alex Varga, truand qui arrosa l’establishment local avec les
millions d’un casse célèbre, reste le coupable idéal. Une accumulation de petits faits et
coïncidences accréditent cette thèse, minutieusement rappelée par Jean-Claude Leys dans
son réquisitoire. L’avocat général ne doit cependant pas être pleinement convaincu de ces
évidences pour avoir accédé à la requête de Jeannine Deulin et Maître Kahn et pour l’avoir
fait au coeur d’une conjoncture politique qui donne des cauchemars à la moitié de cet
establishment. Martine Michel fut trouvée à deux reprises en la joyeuse compagnie de
Varga, au football et au restaurant. Le juge Lacroix –qui a réussi à contenir pendant vingt
ans l’ enquête sur les tueries du Brabant dans le cercle vicieux des fausses pistes– fut chargé
de ce dossier disciplinaire : il nomma Martine Michel juge d’instruction en 1999.

Mouchette
profane
profane

Messages : 61
Date d'inscription : 05/04/2008
Age : 54
Localisation : Belgique

Voir le profil de l'utilisateur http://www.citoyens-attentifs.be

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean-Pol Taminiau et le dossier bis

Message  Admin le Dim 13 Avr - 22:05

Le problème avec ces informations, c'est que l'on ne voit jamais les éléments.
Dommage

Admin
Admin

Messages : 883
Date d'inscription : 22/03/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://dutroux.forumdediscussions.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean-Pol Taminiau et le dossier bis

Message  Invité le Lun 14 Avr - 13:10

ou en est actuellement le dossier bis ??

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean-Pol Taminiau et le dossier bis

Message  Mouchette le Lun 14 Avr - 14:55

Le "dossier bis" aux mains des experts
R.P. - La Libre Belgique - 08 janvier 2008


La chambre des mises de Liège ordonne des devoirs complémentaires au juge de Neufchâteau dans le dossier Dutroux "bis". Mais il ne s'agit "que" de dire oui ou non aux "vrais" devoirs. La justice jette ainsi la patate chaude aux experts...
Ce n'est pas une décision à la normande, mais il y a de ça. Lundi, la chambre des mises en accusation de Liège a ordonné au juge d'instruction de Neufchâteau Jacques Langlois, en charge du "dossier bis" de l'affaire Dutroux, d'effectuer de nouveaux devoirs.

Mais il ne s'agit pas de trancher sur l'essentiel de l'interrogation qui persiste, à savoir s'il faut ou non achever l'analyse génétique de milliers de cheveux et de microtraces trouvés dans la cache construite par Marc Dutroux à Marcinelle. C'est de questionner des experts qu'il est question, afin de déterminer si M. Langlois a raison de dire "non" à ces analyses. Donc, s'il est utile d'y procéder ou pas.

Patate chaude

L'instance d'instruction ordonnant au magistrat instructeur de procéder à ces devoirs, celui-ci devra s'exécuter. M. Langlois mandera donc les experts, on n'en doute pas. Mais ceux-ci seront ainsi installés dans un rôle peu usuel. Certes, leurs compétences scientifiques seront mises en oeuvre, comme d'ordinaire, mais non pour statuer sur la validité d'une preuve, sur le déroulement d'une scène de crime, etc. Cette fois, ce sera pour mettre des probabilités (d'identification d'ADN nucléaire ou mitochondrial) en parallèle avec d'autres, par exemple, sur l'origine des pièces concernées, entre éventuels suspects inconnus, enquêteurs présents dans la cave (qui n'avait pas été sécurisée tout de suite), cheveux provenant des matelas de récupération de Dutroux, du vent, etc.

Il faudra encore aux experts prendre connaissance de l'instruction, puisque leur mission est précisément de dire si de nouvelles recherches sont utiles par rapport à ce qui a déjà été fait. Et raisonnables : temps et argent ne sont pas des arguments face à la pédophilie, au meurtre, à la torture, c'est clair. Mais si les dépenses, importantes, ne peuvent servir à rien du tout et n'amener aucun progrès d'enquête...

Quant à la connaissance de l'instruction, si on parle du seul "dossier bis", ce sera aisé, car il ne comporte que quelques dizaines de pages. En revanche, le dossier maître, jugé à Arlon, est lourd de quelque 450 000 pages. Et si les experts estiment nécessaire d'enraciner leur conviction dans ce dernier ("ce qui a déjà été fait", disait-on), le travail n'est pas près d'être achevé.

Toujours est-il donc que c'est de leur opinion future que dépend désormais la suite qui sera donnée au dossier. Bien sûr, la décision finale restera celle de la chambre des mises. Mais elle sera fondée sur cet avis.

Elle avait déjà dit "stop"

L'avantage, côté justice, c'est qu'on aura ainsi envoyé la patate chaude dans d'autres mains... Il faut se souvenir, pour en juger, que la même chambre des mises (autrement constituée) avait (déjà) décidé le 23 novembre 2004 de clôturer le "dossier bis", resté stérile. Le juge Langlois avait donc transmis son dossier au parquet de Neufchâteau, à cette fin. Mais le procureur Michel Bourlet n'avait pas tracé le réquisitoire de non-lieu attendu. Soutenu par le parquet général de Liège, il avait souhaité l'exécution de devoirs complémentaires - des analyses plus limitées. Dont le juge ne voulait pas, car elles ne pouvaient rien apporter d'utile, à son estime. D'où le retour en chambre des mises.

Banque ADN

Mais il y a un autre versant à la décision prise lundi par ladite instance d'instruction. Le juge devra vérifier si les profils génétiques déjà extraits figurent dans la banque de données ADN, celle qui fut instaurée en 2002 afin de permettre toute comparaison ultérieure entre traces suspectes. Cela ne devrait pas poser problème et l'Institut national de criminalistique et de criminologie (INCC) sera donc appelé à constater que ces profils sont présents et à confirmer qu'ils ne correspondent à aucun suspect ou, si par incroyable cela n'avait pas été fait, à inscrire ces profils et en analyser les résultats.

A noter que la chambre des mises n'a pas fixé de délai pour la réalisation de ces devoirs.

Mouchette
profane
profane

Messages : 61
Date d'inscription : 05/04/2008
Age : 54
Localisation : Belgique

Voir le profil de l'utilisateur http://www.citoyens-attentifs.be

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean-Pol Taminiau et le dossier bis

Message  Mouchette le Lun 14 Avr - 14:56

Au coeur de la polémique depuis plus de 6 ans
Planchar - La Libre Belgique - 08 janvier 2008


Tourné vers les "suspects inconnus" de l'affaire Dutroux, le "dossier bis" porte la thèse du "grand réseau" en filigrane.
Avec les années, la polémique s'est sans doute apaisée - mais on l'a déjà cru plusieurs fois à tort. On n'entend en tout cas plus les insultes que certains s'échangeaient, entre les véritables camps que constituaient, au plus fort de l'affaire Dutroux, les "croyants" (ceux qui partaient du principe que Dutroux faisait partie ou alimentait un grand réseau de pédophiles "protégés") et les "non croyants" (ceux qui réfutaient cette thèse, admettant même que Michel Nihoul n'avait été suspecté qu'à tort, pour les enfants).

Et c'est entre autres parce que cette polémique faisait rage encore en 2001, cinq ans après la découverte des corps de Julie, Mélissa, An et Eefje, et après le sauvetage de Sabine et Laetitia, que la justice liégeoise avait tranché le noeud gordien. C'est que les premiers ne voulaient pas qu'un procès mette fin aux recherches des suspects, fussent-ils imaginaires. Et que les autres estimaient au contraire qu'il n'y avait rien à ajouter à Dutroux, Martin et Lelièvre pour aller au procès.

Ce schisme populaire se superposait presque exactement, il faut dire, à un autre opposant les parties civiles et à celui séparant le parquet de Neufchâteau, alors dirigé par Michel Bourlet, et l'instruction chestrolaise, conduite par le juge Jacques Langlois.

Ainsi, la chambre des mises en accusation de Liège avait décidé, le 22 octobre 2001, de scinder l'instruction, ménageant la chèvre et le chou. D'un côté, elle déclarait complète l'instruction minutieuse du juge Langlois, en lançant le renvoi vers les assises d'Arlon des quatre suspects connus. Et, de l'autre côté, elle ouvrait un "dossier bis" à charge des suspects inconnus. Lesquels étaient supposés être les membres du "grand réseau", s'il existait.

Mais les années passant n'avaient pas gonflé ce nouveau et mince dossier. Parce que personne n'y a apporté d'élément neuf. Et parce que les demandes du parquet ont toujours paru inutiles au juge. Plus de 6 ans après, ça n'a pas changé...

Mouchette
profane
profane

Messages : 61
Date d'inscription : 05/04/2008
Age : 54
Localisation : Belgique

Voir le profil de l'utilisateur http://www.citoyens-attentifs.be

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean-Pol Taminiau et le dossier bis

Message  Admin le Lun 14 Avr - 14:59

Vu que Bourlet ne peux plus rien demander, cela ne risque pas de changer.
Un dossier qui petit à petit se dirige vers un non lieu.
Le temps fait son travail.

Admin
Admin

Messages : 883
Date d'inscription : 22/03/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://dutroux.forumdediscussions.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean-Pol Taminiau et le dossier bis

Message  Invité le Lun 14 Avr - 15:08

merci pour ces réponses tres completes

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean-Pol Taminiau et le dossier bis

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 8:43


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum