Les témoins morts

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les témoins morts

Message  Mouchette le Dim 13 Avr - 20:32

François Reyskens. Mort le 26 juillet 1995.

Début juillet 1995, les parents de Julie Lejeune et Mélissa Russo, disparues depuis deux semaines, recoivent un appel téléphonique d’un courtier en assurances , sorte de père adoptif d’un jeune cocaïnomane répondant au nom de François Reyskens. Ce jeune homme, explique le courtier, déclare avoir rencontré les petites Julie et Mélissa. Aussitôt, Carine Russo alerte la gendarmerie de Seraing et rendez-vous est pris avec le jeune François Reyskens pour le 26 juillet. François Reyskens meurt, écrasé par un train, 2 heures avant ce rendez-vous. L’enquête conclut au suicide.
Son père Jean Reyskens : « C’est plutôt étrange que juste à ce moment-là il finisse sous un train. Est-ce vraiment une coïncidence ? »

Mouchette
profane
profane

Messages : 61
Date d'inscription : 05/04/2008
Age : 54
Localisation : Belgique

Voir le profil de l'utilisateur http://www.citoyens-attentifs.be

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les témoins morts

Message  Mouchette le Dim 13 Avr - 20:33

Guy Geubels.

Le 25 août 1995, Guy Geubels, adjudant à la brigade de gendarmerie de Grâce-Hollogne, va rencontrer la presse. Il a obtenu l’autorisation de ses supérieurs d’être interviewé par une équipe de la RTBF. Il faut dire qu’il est l’un des premiers gendarmes à avoir été en contact avec les familles des petites Julie et Mélissa. Il est aussi, selon le témoignage des familles Lejeune et Russo, l’un des seuls à ne pas parler de pistes mafieuses mais bien de pédophilie. L’interview n’aura pas lieu... Guy Geubels est retrouvé mort le 25 août 1995. Une balle dans la tête. Son arme dans une main, le cornet du téléphone dans l’autre.
Coïncidence : le 25 août 1995 est le jour où débute officiellement l’Opération Othello, cette opération funeste de « surveillance » de Dutroux, durant une période où celui-ci détenait, en principe, Julie et Mélissa, dans sa cache An et Eefje dans la même maison, où il a pu encore commettre plusieurs actions délictueuses sans que les « surveillants » ne s’aperçoivent de rien. Il est vrai que pour réussir leur coup d’éclat, les gendarmes n’ont rien trouvé de mieux que de mettre à la tête de l’opération Othello René Michaux "un peu le Gaston Lagaffe de son service. Il avait des problèmes familiaux et professionnels, et ses supérieurs ne l’appréciaient pas en raison de ses bourdes répétées" (p.58).

Mouchette
profane
profane

Messages : 61
Date d'inscription : 05/04/2008
Age : 54
Localisation : Belgique

Voir le profil de l'utilisateur http://www.citoyens-attentifs.be

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les témoins morts

Message  Mouchette le Dim 13 Avr - 20:33

Bruno Tagliaferro. Mort le 5 novembre 1995.

Ferrailleur, sans doute magouilleur, Bruno Tagliaferro et son épouse Fabienne Jaupart paraissent heureux en ménage. Parmi les relations de Bruno Tagliaferro, on retrouve Marc Dutroux, Bernard Weinstein, Michaël Diakostavrianos... Dans le dossier, on pourra encore lire le nom de Thierry De Haan, de Michel Lelièvre... Fabienne Jaupart déclare que son mari possède des armes, pour les défendre, elle et les enfants. Elle pense que Bruno est détenteur d’un secret qui met leur vie en péril. Fabienne Jaupart croit que son époux s’est rendu compte qu’il avait, à son insu, été chargé, du démontage et de la revente des pièces de la Citroën AX qui aurait servi à l’enlèvement de Julie et Mélissa.
Bruno Tagliaferro meurt la veille du jour, le 4 novembre 1995, où Dutroux et Weinstein séquestraient trois personnes : Rochow, Divers et Jadot pour une histoire de camion volé. L’un des premiers hommes de la Police Judiciaire sur les lieux du décès est l’inspecteur Georges Zicot.
Le légiste conclut à un arrêt cardiaque. Un laboratoire du FBI (consulté par le juge Connerotte) conclut à un empoisonnement mais un expert liégeois (désigné ultérieurement par le juge Langlois) estimera que la production de cyanure par un cadavre en décomposition peut être un phénomène naturel. Malgré les taux de cyanure retrouvés dans le corps de Tagliaferro (au-delà des doses pouvant être "auto-produites"), le juge Langlois privilégiera la "mort naturelle" comme explication du décès du ferrailleur de Keumiée.

Mouchette
profane
profane

Messages : 61
Date d'inscription : 05/04/2008
Age : 54
Localisation : Belgique

Voir le profil de l'utilisateur http://www.citoyens-attentifs.be

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les témoins morts

Message  Mouchette le Dim 13 Avr - 20:33

et Fabienne Jaupart. Décédée le 18 décembre 1998.

Le juge Connerotte semble ajouter foi aux déclarations de Fabienne Jaupart lorsqu’elle proclame que son mari a été assassiné, il semble aussi prêter attention aux déclarations de Claude Thirault (il est l’informateur qui a prévenu - déjà en 1993 - la gendarmerie de ce que Dutroux préparait des caches). Claude Thirault qui affirme que Marc Dutroux parlait, fin 1995, d’un certain Tagliaferro à liquider contre un paiement de 50.000 francs. « Lui et sa femme » disait Claude Thirault.
Le juge Connerotte considère qu’il a suffisamment d’informations pour accorder une protection policière à la veuve de Bruno Tagliaferro. Après la nomination du juge Langlois, la protection policière fut levée.
Le 18 décembre 1998, Fabienne Jaupart est retrouvée morte, l’enquête conclut au suicide. Fabienne Jaupart se serait aspergée de méthanol, aurait remis la bouteille sur le meuble à côté de son lit et se serait ensuite immolée, non sans avoir pris soin de mattre les pommes de terre à cuire sur le réchaud et de faire tourner le lave-vaisselle...

Mouchette
profane
profane

Messages : 61
Date d'inscription : 05/04/2008
Age : 54
Localisation : Belgique

Voir le profil de l'utilisateur http://www.citoyens-attentifs.be

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les témoins morts

Message  Mouchette le Dim 13 Avr - 20:34

Michel Piro. Mort le 5 décembre 1996.

Novembre 1996. Michel Piro, exploitant de bars-restaurants dans la clientèle desquels on retrouve Marc Dutroux, Bernard Weinstein, Michel Lelièvre, Michel Nihoul, Michel Diakostavrianos... (il est, aux dires de certains un véritable « guide Michelin » des quartiers chauds de Charleroi) contacte, à trois reprises, la famille de Jean-Denis Lejeune et lui demande une entrevue à laquelle il souhaite que soit convié le procureur Michel Bourlet.
Son intention est, également, d’organiser un souper avec les parents de Julie et de Mélissa, repas au cours duquel il s’apprête à faire des révélations sur le sort des deux petites liégeoises.
Plusieurs témoins le diront ; parmi ceux-ci, un indicateur de la BSR de Charleroi affirme que « Piro aurait dit quelques jours avant son décès qu’il allait « balancer » tout ce qu’il savait sur le dossier Julie et Mélissa lors du repas qu’il organisait » (p.103). Selon son fils, il aurait dit que « des têtes allaient sauter ».
On ne saura jamais quelles étaient ces révélations : le 5 décembre 1996, il est exécuté, à bout portant, sur un parking d’autoroute, tandis que son épouse est sortie pendant quelques instants du véhicule pour se rendre aux toilettes.
Il en savait long sur le milieu de la prostitution enfantine de la région de Charleroi. Quand on feuillette le dossier Dutroux, on a parfois le sentiment qu’il n’y a que deux policiers à Charleroi, Mrs Zicot et Laitem. C’est à ce dernier que l’enquête sur l’assassinat de Michel Piro est confiée et elle conclut au meurtre passionnel.
Sa femme, Véronique Laurent, sera condamnée à 15 années de réclusion en tant que commanditaire du meurtre alors que les deux exécutants seront blanchis par un tribunal français qui considèrera que ce dossier n’a aucune consistance.
La rumeur dira que Michel Piro voulait révéler que Julie et Mélissa avaient été « prêtées » à un bar fin 1995. Une de ces pistes sérieuses que le juge Langlois écartera, non sans avoir veillé auparavant à la baptiser « piste périphérique ».
Pendant quatre ans, le dossier Piro fait l’objet à Neufchâteau d’une correspondance envenimée entre le procureur Bourlet qui demande que soit poursuivie l’enquête sur l’entourage de M. Piro, et le juge d’instruction Langlois qui refuse d’enquêter.

Mouchette
profane
profane

Messages : 61
Date d'inscription : 05/04/2008
Age : 54
Localisation : Belgique

Voir le profil de l'utilisateur http://www.citoyens-attentifs.be

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les témoins morts

Message  Mouchette le Dim 13 Avr - 20:34

Jean-Marc Houdmont. Décédé le 25 février 1997.

25 février 1997. L’inspecteur Tinant décroche le téléphone dans une annexe du Palais de Justice de Namur. L’homme est chargé du dossier de la disparition d’Elizabeth Brichet, le 20 décembre 1989, à Saint-Servais. Depuis l’éclatement de l’affaire Dutroux, il s’est, avec ses collègues, remis au travail sur ce dossier.
A l’autre bout du fil, Jean-Marc Houdmont, qui vivait, en 1989, à quelques centaines de mètres de la maison d’Elizabeth. « J’ai fait une bêtise » déclare Jean-Marc Houdmont, « je veux faire une déclaration ».
Ils conviennent d’un rendez-vous, le jour même, à 11 heures 30, juste le temps pour Jean-Marc Houdmont de faire, en voiture, le chemin qui le sépare des bureaux de la cellule Brichet.
Une heure plus tard, la Toyota Starlet de Jean-Marc Houdmont s’encastre dans une façade sur le bord de la Nationale 76.
L’enquête conclut au suicide puisqu’on n’a relevé aucune trace de freinage. Mais, ici encore, les mêmes noms sont retrouvés : Michel Lelièvre a fréquenté une école de Saint-Servais.
Le beau-père de Jean-Marc Houdmont à vécu au Congo, dans le même village et à la même époque que Victor Dutroux, le père de Marc. Marc Dutroux qui vivait de l’assurance-maladie et était inscrit à la mutuelle au bureau de Saint-Servais. Dans une escroquerie à l’assurance, Dutroux et Weinstein provoquent, entre eux, un accident, et c’est un parent de la femme de Jean-Marc Houdmont, qui, en tant qu’assureur, traite le dossier.
D’autres noms de co-inculpés de Dutroux apparaissent dans le dossier Elizabeth Brichet, dont celui de Diakostavrianos et celui de Nihoul.

Mouchette
profane
profane

Messages : 61
Date d'inscription : 05/04/2008
Age : 54
Localisation : Belgique

Voir le profil de l'utilisateur http://www.citoyens-attentifs.be

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les témoins morts

Message  Mouchette le Dim 13 Avr - 20:35

Joseph Toussaint. Mort le 5 mars 1997.

Huit jours exactement après la mort de Jean-Marc Houdmont, le père Joseph Toussaint décède à Marbay-la-Tour, petit village où se rendaient, régulièrement selon les uns, une ou deux fois disent les autres, Monique Cherton, compagne de Jean-Marc Houdmont, et Michelle Martin, épouse de Marc Dutroux.
Le père Joseph Toussaint était leur confesseur. Il était aussi l’aumônier de la prison de Jamioulx, prison où fut incarcéré Marc Dutroux. Le directeur de la prison déclare que les relations entre le père Toussaint et Marc Dutroux auraient pu laisser penser que Dutroux était un fervent catholique.
Le père Toussaint se prononcera en faveur de la libération conditionnelle de Dutroux. Parmi les photographies épinglées au mur de la cellule de Marc Dutroux, et publiées par la Libre-Match, on peut reconnaître une photo du père Joseph Toussaint, victime d’une crise cardiaque, le 5 mars 1997.

Mouchette
profane
profane

Messages : 61
Date d'inscription : 05/04/2008
Age : 54
Localisation : Belgique

Voir le profil de l'utilisateur http://www.citoyens-attentifs.be

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les témoins morts

Message  Mouchette le Dim 13 Avr - 20:35

José Steppe. Décédé le 25 avril 1997.

Au début des années 80, José Steppe habite le quartier de Marc Dutroux à Goutroux. Ancien jeune communiste, Steppe vire à l’extrême-droite
En avril 1997, José Steppe contacte un journaliste, il affirme détenir des informations sur l’affaire Dutroux et parle de remettre au journaliste des copies de cassettes vidéo sur lesquelles on peut voir Dutroux et d’autres en train de violer des enfants. « Il était inquiet », dit un témoin anonyme au journaliste français Eric Bellahouel ; « Un jour, tu me trouveras avec une balle dans la tête », lui aurait dit J. Steppe ; il lui aurait encore dit que ces cassettes vidéo c’était de la dynamite ; qu’on pouvait y reconnaître des notables de Charleroi, des politiciens connus. Steppe « ne voulait pas donner la cassette à la police. Parce qu’il y avait là, disait-il, trop de gens corrompus qui les feraient certainement disparaître ».
José Steppe souffre d’asthme, et pour soulager les crises qui l’accablent, il se sert d’un respirateur.
Le 25 avril 1997, quelques jours avant sa rencontre avec le journaliste avec qui il a pris contact, une femme d’ouvrage de l’hôtel dans lequel il réside découvre son corps dans un couloir, son masque à oxygène recouvre toujours son visage.
Au fond de la bouteille de l’inhalateur, on découvre du Rohypnol ... trois jours après l’enterrement.

Mouchette
profane
profane

Messages : 61
Date d'inscription : 05/04/2008
Age : 54
Localisation : Belgique

Voir le profil de l'utilisateur http://www.citoyens-attentifs.be

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les témoins morts

Message  Mouchette le Dim 13 Avr - 20:35

Gina Pardaens-Bernaer. Décédée le 15 novembre 1998.

Voici sans doute une femme qui n’a pas froid aux yeux ! Elle collabore avec le Morkhoven Groep, une association qui pourchasse les pédophiles sur Internet et dans le « monde réel ».
Elle a affirmé à plusieurs personnes qu’elle détenait, entre autres choses, un « snuff movie » tourné en Belgique.
Dans ce film, on pouvait reconnaître un ancien associé de Michel Nihoul. Gina Pardaens se sait menacée, elle surveille ses arrières, fait des portraits-robots des personnes qui semblent traîner trop souvent autour d’elle, note les plaques minéralogiques des véhicules qui paraissent la prendre en filature.
Parmi ceux-ci, l’immatriculation d’une Mercédès grise qui, plus tard, s’avérera être celle de l’ancien chauffeur du Dolo, le bar à filles favori de Michel Nihoul.
Gina Pardaens devait faire une déposition le 16 novembre 1998... Le 15 novembre, sa voiture s’écrase contre le pilier d’un pont, pas de trace de freinage, pas d’autopsie.

Mouchette
profane
profane

Messages : 61
Date d'inscription : 05/04/2008
Age : 54
Localisation : Belgique

Voir le profil de l'utilisateur http://www.citoyens-attentifs.be

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les témoins morts

Message  Mouchette le Dim 13 Avr - 20:36

Hubert Massa. Mort le 13 juillet 1999.

Ce chapitre sur le suicide de Massa mérite une attention toute particulière, car il fait apparaître de la manière la plus éclairante des liens multiples entre différents aspects et personnages des dossiers « Cools » et « Dutroux et consorts ».
Selon les magistrats du Parquet de Liège, « rien n’est plus pareil depuis la nomination d’Anne Thily ». « Elle n’incarne que l’autorité » entend-on dans les couloirs du palais.
Anne Thily semble ne pas apprécier Hubert Massa. L’épouse de celui-ci déclare : « Il était sur les affaires Cools et Dutroux, tout le monde le savait. Je voyais bien que quelque chose n’allait pas, mais il ne se plaignait jamais ».
Hubert Massa participe à une réunion avec quatre procureurs généraux et le tout nouveau ministre de la justice, Marc Verwilghen. Réunion au cours de laquelle l’ancien président de la Commission parlementaire annonce qu’il fera en sorte que toute la lumière soit faite.
Au lendemain de cette réunion, le 13 juillet 1999, après le repas, pris en compagnie de sa femme et de ses enfants, Hubert Massa s’isole dans son bureau. Sa femme entend un coup de feu. Hubert Massa s’est tiré une balle dans la bouche.
« Généralement, lorsqu’on obtient un poste au parquet général, on est indéboulonnable et on reste à cet échelon supérieur jusqu’à la retraite. Mais pas à Liège, où les avocats généraux J.-Ph. De la Croix et A. Zaplicki se font dégrader à leur propre demande début 1999 : l’un devient juge de la jeunesse et l’autre passe juge de paix. Hubert Massa (...) avait également des projets en ce sens » (p.184).
Massa aurait dit à un ancien collègue et ami qu’il se sentait coincé. « Après sa mort, des rumeurs circulent parmi les avocats de Liège, selon lesquelles Thily lui aurait déclaré quelque chose dans ce sens quelques heures avant sa mort. Il aurait été question d’un "petit dossier", et du fait « qu’il lui arriverait quelque chose comme à Marc de la Brassine ». (p.185) « Anne Thily est considérée comme intouchable. Sa candidature au poste de procureure générale a été appuyée très fermement par José Happart ; celui-ci faisait partie du clan radical de Jean-Maurice Dehousse qui devait également accueillir plus tard le ministre Alain Van der Biest et Guy Mathot, qualifié un jour de « mafieux » par quelqu’un de son propre parti (...)
Au sein du P.S., Cools passait pour le grand adversaire de Dehousse, Mathot, Happart et consorts. Le dossier pénal contenait d’ailleurs des indices qui tendent à faire croire à leur implication dans l’organisation de cet assassinat » (pp.186-87). « Van der Biest devait comparaître devant les assises avec ses amis mafieux. Thily n’était pas de cet avis, et elle mettait ses collaborateurs sous pression pour faire rayer son nom de la liste des accusés. Une fois de plus, l’ambiance était aux menaces et aux « petits dossiers ».
Thily avait des dossiers sur tout le monde, y compris sur Julien Pierre. La soeur de ce dernier avait déclaré que l’avocat avait hébergé par le passé Patrick Haemers. (...) Tant dans l’affaire Cools que dans l’affaire Dutroux, Pierre a joué avec brio le rôle de l’allié objectif de Thily : notamment en précipitant la chute de ce juge d’instruction indépendant et donc tellement encombrant (pp.188-89). »

Mouchette
profane
profane

Messages : 61
Date d'inscription : 05/04/2008
Age : 54
Localisation : Belgique

Voir le profil de l'utilisateur http://www.citoyens-attentifs.be

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les témoins morts

Message  Mouchette le Dim 13 Avr - 20:36

Jean-Jacques Feront. Mort le 1er mars 2001.

Le 4 mai 1995, la section Jeunesse de la PJ de Bruxelles reçoit une lettre anonyme proposant des infos sur un pédophile qui vend des photos et des vidéos à caractère sexuel de sa fille de 10 ans.
Ces informations s’avèreront fondées.
Le 11 juillet de la même année, le même informateur déclare avoir vu des photos de Mélissa Russo, proposée avec d’autres enfants à la vente ou à la location par un germanophone dont les initiales figurent sur une chevalière qu’il porte : K.B.
Les inspecteurs Speltens et Colson déclarent que cet informateur est fiable, il a déjà fait ses preuves. Ils réquisitionnent des spécialistes de la filature, envoient une note au commissariat général dans laquelle ils exposent leur projet, ils demandent, pour le 23 septembre 1995, deux sémaphones et deux voitures de service... Et le temps passe...
Les parquets de Louvain et de Liège se renvoient la responsabilité dans ce dossier comme une patate chaude. Le commissaire Lamoque dit aux parents de Julie et de Mélissa qu’il n’a jamais compris pourquoi on avait décidé en haut lieu que cela ne pouvait se faire.
Pour les enquêteurs, K.B. évoque tout de suite Klaus Bahr, qui contrôle une grande partie du marché belge du porno dans les années quatre-vingt-dix. Klaus Bahr est également décédé depuis lors.
Quand Marc Dutroux est arrêté, onze mois plus tard, et que deux enfants sont libérées de sa cave à Marcinelle (localité que Jean-Jacques Feront avait désignée), les enquêteurs s’arrachent les cheveux, ils expriment leur incompréhension à leur supérieur.
Le 1er mars 2001, Jean-Jacques Feront décède à la suite de deux crises cardiaques consécutives.
Le commissaire Speltens dira devant la Commission parlementaire d’enquête : « si la magistrature (...) avait laissé la PJ monter un guet-apens autour de Feront, les gamines auraient peut-être été retrouvées. On ne veut pas aller jusqu’au bout dans cette enquête ».

Mouchette
profane
profane

Messages : 61
Date d'inscription : 05/04/2008
Age : 54
Localisation : Belgique

Voir le profil de l'utilisateur http://www.citoyens-attentifs.be

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les témoins morts

Message  Mouchette le Dim 13 Avr - 20:37

Brigitte Jenart. Décédée le 5 avril 1998.

Ce chapitre apparaît dans la version en néerlandais du livre mais manque dans la version francophone qui ne comprend donc que le cas de 29 témoins.

Cette dentiste de Nihoul a son cabinet au 35 rue du Conseil à Ixelles, là même où habite Roland Corvillain, un pédophile notoire, qui recevait régulièrement la visite d’Achille Haemers, le père de Patrick, et qui a été suspecté dans le cadre de la disparition de la petite Loubna. L’ex-épouse de Corvillain, qui est convaincue que Dutroux est aussi passé par là, déclare que son mari, Nihoul et les autres "utilisaient un langage codé, (...) parlaient de « chevaux blancs, bruns, jeunes, chers mais bons et jeunes ». Comme ces chevaux étaient censés arriver par avion de ligne en provenance de pays d’Europe de l’est et que les hommes semblaient craindre les douanes, elle pouvait logiquement supposer qu’ils ne parlaient pas de quadrupèdes". « Il est clair pour moi qu’ils ne parlaient pas de chevaux, mais de jeunes enfants. ».
Brigitte Jenart a été la maîtresse du truand Juan Borges, qui a également eu une liaison avec Annie Bouty. C’est B. Jenart qui informe la commission parlementaire d’enquête que Borges a échappé à la justice belge grâce à Nihoul. Ce dernier aurait convaincu le commandant Guido Torrez de bloquer l’action policière visant à arrêter le truand.
Au milieu des années 80, Torrez travaille avec un parrain mafieux italien. Dans une lettre manuscrite datant du 7 mai 1997, Jenart fait état de la naissance d’un bébé guinéen de l’adoption duquel Bouty se serait occupée. Elle déclare que Bouty lui avait fait signer un jour quarante attestations qui lui conféraient la garde de quarante Zaïrois et Nigérians en séjour illégal en Belgique.
Dans les gribouillis de sa petite lettre d’adieu, on peut reconnaître le mot « pédophile ». « Un trafic de nouveaux-nés ? Il semblerait bien que oui » ; « sur la base des maigres pièces du dossier qui ressurgissent dix ans après les faits, on a l’impression que Bouty et Nihoul s’occupaient de trafic d’êtres humains - des adultes aux tout-petits ».
Le parquet de Bruxelles n’a pas fait pratiquer d’autopsie sur le corps de Brigitte Jenart.

Mouchette
profane
profane

Messages : 61
Date d'inscription : 05/04/2008
Age : 54
Localisation : Belgique

Voir le profil de l'utilisateur http://www.citoyens-attentifs.be

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les témoins morts

Message  Mouchette le Dim 13 Avr - 20:38

Et d'autres encore...


Dernière édition par Mouchette le Dim 13 Avr - 20:48, édité 1 fois

Mouchette
profane
profane

Messages : 61
Date d'inscription : 05/04/2008
Age : 54
Localisation : Belgique

Voir le profil de l'utilisateur http://www.citoyens-attentifs.be

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les témoins morts

Message  Mouchette le Dim 13 Avr - 20:41

Jean Van Peteghem.

- 26 avril 1989. Cour d'Appel de Mons. Chacun sait, à présent, que Marc Dutroux y fut condamné à 13 ans et demi de prison, et Michelle Martin, déjà épouse et complice à 5ans pour des faits d'enlèvements, de séquestrations et de viols sur des jeunes femmes dont la plus jeune avait 11 ans. Les jeunes filles étaient attendues à la sortie des piscines, aux arrêts de bus, embarquées avec leur vélo sur le chemin de l'école…
On sait moins que leur complice, Jean Van Peteghem écopa de 6 ans et demi de prison pour une partie de ces faits !
Jean Van Peteghem, le Michel Lelièvre de l'époque !?
Pendant l'enquête qui les amène devant le Tribunal de Mons, Van Peteghem est le seul à collaborer, il avoue, dès le premier interrogatoire, la partie des faits qui lui incombe, mais, pour presque toutes les agressions contenues dans ce dossier, les témoins parlent de trois hommes !
Conclusion : Jean Van Peteghem connaît, peut-être, un ou deux complices de Dutroux qui n'ont pas été identifiés. Il meurt, dans un accident de la route, le 3 septembre 1971. Des témoins directs diront que le jeune homme semblait fuir un poursuivant, qu'il paraissait paniqué…

Mouchette
profane
profane

Messages : 61
Date d'inscription : 05/04/2008
Age : 54
Localisation : Belgique

Voir le profil de l'utilisateur http://www.citoyens-attentifs.be

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les témoins morts

Message  Mouchette le Dim 13 Avr - 20:42

Jean-Pol Taminiau.

-13 août 1996, jour de l'arrestation de Dutroux, un pied ayant séjourné plus d'un an dans l'eau du Canal du Centre est repêché par un batelier. Quelques mois plus tôt, le 21 février, la voiture de son propriétaire, Jean-Pol Taminiau, a été repêchée dans la Sambre, à 400 mètres de la maison de Dutroux.
Officiellement videur de dancing, Jean-Pol Taminiau fréquente les noctambules de la région, curieux mélange de "fils de famille" et de "mauvais garçon". Dans ses fréquentations, on retrouve les noms de Philippe Demanet (fils du procureur général), Thierry De Haan (de la compagnie d'assurances Royale Belge), Georges Zicot (commissaire à la Police Judiciaire)mais aussi Pierre Rochow, père d'une victime de Dutroux (volet séquestrations) qui témoigna au procès d'Arlon, Gérard Pinon (inculpé par le juge Connerotte puis blanchit par le juge Langlois et qui vint témoigner, il y a quelques jours à Arlon). Jeannine Deulin, la maman de Jean-Pol Taminiau, sait que son fils n'était pas un saint et qu'il participait à un trafic de voitures volées et, partant, à des escroqueries à l'assurance. Jean-Pol Taminiau louait un box à voitures juste à côté des boxes que louait Marc Dutroux. Dans le box de Jean-Pol Taminiau, on retrouva la clef d'un box de Gérard Pinon.
Jean-Pol Taminiau est décédé le 2 avril 1995
et Nadège Renard.
-Début 1995, Nadège Renard vient de rompre sa relation avec Jean-Paul Taminiau pour une autre avec un bandit du nom de Varga. Dans un premier temps, ils seront, tous deux, les principaux suspects dans cette affaire. Jeannine Deulin, maman de Jean-Pol Taminiau, explique que Nadège l'a encouragée et aidée dans sa recherche de la vérité, c'est grâce à Nadège, dit-elle, que fut trouvée la clef du box de Gérard Pinon dans une cachette du box de son fils.
Nadège Renard est tuée sur le coup lorsque son audi A3 percute un poteau électrique le 28 mars 2001 à 10 heures près de son domicile.

Mouchette
profane
profane

Messages : 61
Date d'inscription : 05/04/2008
Age : 54
Localisation : Belgique

Voir le profil de l'utilisateur http://www.citoyens-attentifs.be

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les témoins morts

Message  Mouchette le Dim 13 Avr - 20:45

Christian Coenraets.

Le 25 septembre 1996, une information anonyme arrive à la gendarmerie de Lasne, en Brabant wallon. On conseille d'interroger l'une des rares personnes susceptibles d'avoir bien connu Bernard Weinstein. Il faudra quelques semaines aux enquêteurs pour identifier ce témoin potentiel : Christian Coenraedts. Accusé de viol, il est en détention préventive à la prison de Saint-Gilles où se rendent deux enquêteurs de Neufchateau le 5 février 1997. Christian Conraedts, aux questions des enquêteurs, déclare ne pas connaître Bernard Weinstein, même les photos qui lui sont présentées ne lui disent rien. Cela paraît un peu étonnant lorsque l'on sait que depuis le début de l'éclatement de l'affaire Dutroux, six mois plus tôt, la presse écrite et télévisée à montré des photos de Bernard Weinstein sous toutes les coutures ! Les enquêteurs n'insistent pas, Christian Conraedts doit être présenté au tribunal le lendemain et cela explique peut-être sa mauvaise volonté à répondre à ses interlocuteurs.
Le surlendemain, 7 février 1997, les enquêteurs chestrolais, sur le coup de 14 heures, se présentent à nouveau à la prison de Saint-Gilles afin d'y rencontrer Christian Coenraets. C'est là qu'ils apprennent qu'il s'est évadé, la veille, du Palais de Justice.
L'après-midi même, l'évadé se présente à la porte de la prison. Il porte toujours les menottes à ses poignets !
Les enquêteurs de Neufchateau avaient dit qu'ils reviendraient dès que Christian Coenraets aurait été "repris", mais cette rencontre n'aura pas lieu.
Le 6 mars 1997, la cellule qu'occupe Christian Coenraets est la proie d'un incendie, grièvement brûlé, le jeune homme décède le lendemain. L'enquête concluera au suicide.

Mouchette
profane
profane

Messages : 61
Date d'inscription : 05/04/2008
Age : 54
Localisation : Belgique

Voir le profil de l'utilisateur http://www.citoyens-attentifs.be

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les témoins morts

Message  Mouchette le Dim 13 Avr - 20:45

Anna Konjevoda.

-Le 28 août 1996, une dame d'une cinquantaine d'années se fait connaître des autorités. Elle s'appelle Anna Konjevoda. Elle a organisé, fin de l'année 1995, un "convoi" humanitaire vers son pays d'origine, la Serbie. Pour ce faire, elle avait, par voie d'annonces, chercher un camion et un chauffeur, et c'est ainsi qu'elle rencontra Pierre Rochow (un des jeunes séquestrés par Dutroux pour une histoire de camion volé) et son père Peter. Seul Peter Rochow accompagnera Anna Konjevoda dans son voyage humanitaire. Dans le camion, au moment du chargement, elle aperçoit trois caisses en bois mesurant 2 mètres sur 70 centimètres.
Peter Rochow conduira le camion à destination non sans faire quelques escales imprévues.
Le 25 décembre 1995, Peter Rochow prétextant une urgence abandonnera Anna Konjevoda en Serbie, avec la promesse, qu'il ne tiendra pas, de venir l'y rechercher huit jours plus tard.
Lorsqu'éclate l'affaire Dutroux, elle pense qu'il est de son devoir de se faire connaître des autorités.
Le matin du 9 avril, son corps est repêché dans les eaux de la Meuse à Liège, elle a été battue et étranglée avant d'être jetée à l'eau.

Mouchette
profane
profane

Messages : 61
Date d'inscription : 05/04/2008
Age : 54
Localisation : Belgique

Voir le profil de l'utilisateur http://www.citoyens-attentifs.be

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les témoins morts

Message  Mouchette le Dim 13 Avr - 20:47

Toutes ces morts ne sont pas peut-être pas directement liées à l'affaire, mais certaines coïncidences restent troublantes, certaines familles, certains proches de victimes restent sceptiques quant aux versions officielles qui ont été retenues.

Pour les autres témoins qui ne seront jamais entendus, et pour plus d'informations sur les cas repris ci-dessus, je vous renvoie à la lecture de l'ouvrage de Douglas De Coninck : "30 témoins morts…Ils ne parleront pas au procès Dutroux"

Mouchette
profane
profane

Messages : 61
Date d'inscription : 05/04/2008
Age : 54
Localisation : Belgique

Voir le profil de l'utilisateur http://www.citoyens-attentifs.be

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les témoins morts

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum